Maux de ventre : la stratégie fenouil

Si je vous dis « effet carminatif », vous allez peut-être ouvrir des yeux tout ronds :

« Kess-cé-ce truc là ??? »

Effet carminatif, donc, veut dire qui « favorise l’expulsion des gaz intestinaux (tout en réduisant leur production) ». Là, normalement, c’est plus clair.

Certaines graines aromatiques sont particulièrement célèbres pour jouer ce rôle (aneth, angélique, cumin, carvi) mais le professionnel de la lutte anti ballonnement, l’arme suprême contre les gaz, c’est le fenouil. Lui, là :

Faites lui deux trous, dessinez-lui un nez, une bouche, et vous aurez un vrai petit personnage, qui me rappelle un peu le Wilson du film « Seul au monde », avec Tom Hanks :

Autant dire que le fenouil appartient à la catégorie des plantes potagères sympathiques.

C’était d’ailleurs le petit préféré de la grande sainte Hildegarde de Bingen. « Le fenouil contient une chaleur douce et sa nature n’est ni sèche ni froide. De quelque façon qu’on le mange, il rend le cœur joyeux, procure à l’homme une bonne sueur et assure une bonne digestion. »

 

Le double effet fenouil

Observatrice, sainte Hildegarde ! Mais on peut aujourd’hui être un peu plus précis encore que la grande mystique du Moyen Âge.

Les semences du fenouil s’opposent aux fermentations de la flore intestinale et permettent l’expulsion des gaz. Pour soulager aérophagie, colite, dyspepsie, hoquet et même nausée, préparer les semences en décoction pendant 2 minutes, à raison d’une cuillerée à café par tasse. Prenez-en une tasse 15 minutes avant les repas, ou 1 heure après.

De plus, le fenouil stimule la sécrétion biliaire, améliore le travail du foie, et son effet équilibrant sur le système nerveux explique ses vertus antispasmodiques (lutte contre les contractions involontaires des muscles).

C’est ce double effet, à la fois nerveux et digestif, qui permet de formidablement détendre le ventre et les intestins, surtout en cas de stress, de nervosité ou d’angoisses.

Mais il y a encore mieux.

 

À la cour du roi Fenouil

Depuis des générations, les herboristes élaborent la « tisane carminative » à partir d’un mélange de sept graines : anis vert, aneth, carvi, cumin, coriandre, angélique et notre roi Fenouil, bien sûr, souverain incontesté de cette cour dont les semences sont toutes issues de la même famille, les Apiacées.

Il s’agit là de plantes qui ont besoin de chaleur et d’un rayonnement solaire important, ce qui leur permet d’élaborer des huiles essentielles. Cette chaleur est retransmise à notre ventre par les propriétés réchauffantes de ces essences, d’où l’effet de détente.

Mais le fenouil, là encore, est un cas à part.

Comme ses « cousins » du mélange carminatif, il aime la chaleur et les terrains secs, mais l’humidité et le froid ne lui font pas peur.

Contradictoire ? Au contraire, c’est même sans doute l’explication de ses belles vertus équilibrantes.

Réchauffant, mais jamais en excès, le fenouil s’adapte aux besoins de la personne qui le consomme. Souvenez-vous : « de quelque façon qu’on le mange… » disait Hildegarde.

L’anis, lui, pourtant proche cousin du fenouil, ne peut agir de façon si douce : l’anéthol qu’il contient peut être toxique pour le système nerveux s’il est pris à haute dose [1].

En revanche, le fenouil contient très peu de cette substance et peut être donné à un nouveau-né ou à une femme enceinte ou allaitante, chez qui il stimule d’ailleurs la lactation.

Tiré de l’article : Pure Santé / maux-de-ventre-strategie-fenouil / Par Gabriel Combris/21 septembre 2016

Pour connaître les points de vente les plus proches de chez vous, cliquez ici 

 

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *