GIULIA ENDERS explique

INTERVIEW – Auteur d’un livre à succès sur l’intestin, Giulia Enders explique les incroyables pouvoirs de cet organe injustement sous-estimé.

Elle a tenu la première place des best-sellers pendant plus d’une année avec son livre Le Charme discret de l’intestin. Tout sur un organe mal aimé.. . paru aux Editions Acte Sud. À cause d’une maladie de peau, Giulia Enders a découvert les pouvoirs de l’intestin sur l’organisme, son lien avec le cerveau et décidé de le raconter simplement. Et selon elle, l’aventure n’est pas terminée.

Giulia Enders, auteure du «Chrame discret de l’intestin. Tout sur un organe mal aimé...» (Editions Acte Sud).

LE FIGARO. – Au regard de votre propre livre et de nombreuses publications scientifiques, on a l’impression que l’on découvre seulement maintenant l’importance du ventre, et plus particulièrement des intestins. Pourquoi cela a-t-il pris autant de temps?

Giulia Enders – Je pense qu’il y a plusieurs raisons à cela. La première, c’est que, tout comme la plupart des gens, les chercheurs pensent que ce n’est pas la chose la plus chic sur terre que de se vanter de faire de la recherche sur ce qui touche de près aux selles! Mais en plus de cela l’intestin est un organe extrêmement complexe. Il est composé aux deux tiers de cellules immunitaires, il abrite un système nerveux indépendant – le deuxième plus important dans le corps humain après le cerveau… Ajoutez à cela des milliards de bactéries, ce qu’on appelle le microbiote, équivalent à un poids d’environ deux kilos, et tout cela participe au bon – ou au mauvais – fonctionnement de notre système digestif. Il y a plus d’une vingtaine d’hormones uniques dans l’intestin et tout un tas d’autres choses que les chercheurs sont encore en train de découvrir… Alors comment voulez-vous faire de la recherche spécifique sur un point aussi central, aussi important et fondamental pour l’ensemble du corps? Pendant très longtemps cela était très difficile, voire totalement impossible, faute de moyens adéquats, d’étudier avec la rigueur scientifique nécessaire les organes qu’abrite notre ventre. Heureusement, les progrès techniques ont récemment permis d’aller plus loin, notamment sur la question des bactéries et l’interaction entre le cerveau et l’intestin. Les neurosciences sont en train de repousser beaucoup de barrières dans ce domaine. C’est finalement une concomitance de nouveaux moyens et d’un nouveau champ d’intérêt qui a entraîné la multiplication des recherches et la curiosité du grand public.

En l’état actuel de nos connaissances, peut-on dire que l’intestin assume réellement le rôle d’un deuxième cerveau, comme on le trouve écrit partout aujourd’hui ? Le ventre est-il en train de devenir plus important que notre matière grise ?

Giulia Enders – Le cerveau est et sera toujours le gestionnaire de l’ensemble du fonctionnement de notre organisme. L’intestin, cependant, est un conseiller très important pour lui, une sorte d’informateur si vous voulez! Notre cerveau a une vie très isolée, dans un crâne osseux entouré de couches épaisses de protection qui filtrent chaque goutte de sang avant que celui-ci puisse pénétrer. Mais le cerveau a besoin d’informations pour savoir comment le corps interagit avec son environnement, comment l’estomac et les intestins assimilent tel aliment, de quel complément il a besoin ou, en cas d’un intrus trop agressif ou toxique, comment bloquer la digestion et – pourquoi pas – rejeter le tout rapidement, soit en vomissant, soit par une diarrhée aiguë. Désolé, mais c’est ainsi que ça se passe. Et le plus incroyable, c’est que vous n’avez pas besoin de réfléchir à tout cela. Vous ne contrôlez pas grand-chose et même si, pour des raisons psychologiques ou autres, vous empêchez ces mécanismes de se mettre en place, cela n’est au final pas bon pour l’organisme. Donc pas de doute, le cerveau reste le patron. Lorsque vous étudiez l’activité du nerf qui relie l’intestin et le cerveau, le nerf vague, vous constatez que 90 % des informations vont de l’intestin au cerveau et pas l’inverse.

Lire la suite

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *